Qu’est-ce que la thyroïdite de Hashimoto ? Symptômes, causes, diagnostic, traitement et prévention

Aperçu de la thyroïdite de Hashimoto

La thyroïdite de Hashimoto doit son nom au chirurgien japonais qui l’a découverte en 1912. Il s’agit d’un trouble auto-immun, qui survient lorsque les cellules immunitaires attaquent les tissus sains au lieu de les protéger. Dans la thyroïdite de Hashimoto, les cellules immunitaires attaquent par erreur le tissu sain de la thyroïde, ce qui provoque une inflammation de celle-ci.
Les maladies auto-immunes touchent davantage les femmes que les hommes, et les femmes sont sept fois plus susceptibles de souffrir de la thyroïdite de Hashimoto1.
Lorsque la glande thyroïde est attaquée par des cellules immunitaires défectueuses, cela nuit à la capacité de la thyroïde à fabriquer des hormones thyroïdiennes.
Mais l’hypothyroïdie n’est pas la seule complication associée à la thyroïdite de Hashimoto. Chez certaines personnes, la maladie provoque une inflammation et une hypertrophie de la thyroïde telles qu’un goitre se développe.
Vous pouvez en savoir plus sur ce traitement dans notre article sur le traitement hormonal substitutif de la thyroïde.

Symptômes de la thyroïdite de Hashimoto

Il est possible de souffrir de la thyroïdite de Hashimoto (inflammation de la glande thyroïde) pendant des années sans ressentir le moindre symptôme. Mais il existe des signes et des symptômes caractéristiques de cette maladie courante, et vous devez les connaître. Plus vite vous reconnaîtrez les symptômes, plus vite vous pourrez recevoir un traitement adéquat.

Signes et symptômes de la thyroïdite de Hashimoto associés au goitre

Lorsque vous souffrez de thyroïdite de Hashimoto, vos cellules immunitaires attaquent par erreur votre tissu thyroïdien sain. Dans ce cas, votre thyroïde peut s’enflammer et grossir au point de développer un goitre.
Le premier signe de goitre est un gonflement visible à l’avant de votre cou. Au début, le gonflement peut être indolore. Mais s’il n’est pas traité, il peut exercer une pression sur la partie inférieure de votre cou. À un stade avancé, un goitre peut gêner la respiration et la déglutition.
Signes et symptômes de la thyroïdite de Hashimoto associés à l’hypothyroïdie

Sans une quantité suffisante d’hormones thyroïdiennes, votre organisme ne peut pas fonctionner correctement. Si vous souffrez d’hypothyroïdie, vous pouvez ressentir les symptômes suivants
de la fatigue
une prise de poids
une sensibilité accrue au froid
des difficultés de concentration
peau, ongles et cheveux secs
constipation
somnolence
douleurs musculaires
augmentation du flux menstruel
Pour en savoir plus, veuillez lire notre article consacré aux symptômes de l’hypothyroïdie.
Si vous remarquez l’un des signes et symptômes de la thyroïdite de Hashimoto, n’hésitez pas à consulter votre médecin. Il vous prescrira un traitement hormonal substitutif de la thyroïde, un traitement qui éliminera vos symptômes et vous permettra de bénéficier d’une meilleure qualité de vie.

Causes de la thyroïdite de Hashimoto

La thyroïdite de Hashimoto, ou inflammation de la glande thyroïde, est un trouble auto-immun. Cela signifie qu’elle est due à un dysfonctionnement de votre système immunitaire. Au lieu de protéger votre tissu thyroïdien, vos cellules immunitaires l’attaquent. Ces cellules immunitaires peuvent provoquer une hypothyroïdie (thyroïde sous-active), un goitre (thyroïde hypertrophiée), ou les deux. À terme, le processus de thyroïdite peut même détruire l’ensemble de votre thyroïde s’il n’est pas détecté ou traité.
Dans la thyroïdite de Hashimoto, de grandes quantités de cellules immunitaires endommagées envahissent la thyroïde. Ces cellules immunitaires sont appelées lymphocytes ; c’est de là que vient l’autre nom de la thyroïdite de Hashimoto, la thyroïdite lymphocytaire chronique.
Lorsque ces lymphocytes pénètrent dans la thyroïde, ils détruisent les cellules, les tissus et les vaisseaux sanguins de la glande. Le processus de destruction de la glande thyroïde est lent, ce qui explique que de nombreuses personnes atteintes de thyroïdite de Hashimoto passent de nombreuses années sans aucun symptôme notable. Pour en savoir plus, consultez notre article sur les symptômes de la thyroïdite de Hashimoto.
Comme la thyroïde est essentiellement attaquée par des cellules envahissantes, elle ne peut pas produire autant d’hormones thyroïdiennes qu’elle le ferait normalement. Cela finit par provoquer une hypothyroïdie. Dans les cas extrêmes, les cellules immunitaires peuvent faire grossir la thyroïde et l’enflammer au point de produire une masse visible dans le cou – un goitre.
Les médecins ne savent pas exactement pourquoi le système immunitaire, qui est censé défendre l’organisme contre les virus et les bactéries nuisibles, se retourne parfois contre les tissus sains de l’organisme. Mais ce que les scientifiques savent, c’est que certains facteurs peuvent vous rendre plus vulnérable à cette maladie, et vous pouvez les lire dans notre article sur les facteurs de risque de la thyroïdite de Hashimoto.

Facteurs de risque de la thyroïdite de Hashimoto

La thyroïdite d’Hashimoto est un trouble auto-immun, de sorte que le principal facteur de risque de développer ce trouble thyroïdien est une maladie auto-immune préexistante.
Les troubles auto-immuns surviennent lorsque les cellules immunitaires de l’organisme attaquent les tissus sains au lieu de les protéger. Dans le cas de la thyroïdite de Hashimoto, les cellules immunitaires s’attaquent à la glande thyroïde, ce qui provoque une inflammation et altère sa capacité à produire suffisamment d’hormones thyroïdiennes. Pour en savoir plus, consultez notre article sur les causes de la thyroïdite de Hashimoto.
Si vous souffrez d’un trouble auto-immun, votre système immunitaire fonctionne mal d’une manière ou d’une autre. C’est pourquoi vous avez un risque plus élevé de développer une thyroïdite de Hashimoto qu’une personne qui n’est pas atteinte d’un trouble auto-immun.
Vous trouverez ci-dessous des exemples de troubles auto-immuns courants :
la maladie d’Addison
la polyarthrite rhumatoïde
Diabète de type 1
Si vous souffrez d’un trouble auto-immun, cela constitue un facteur de risque de développer une thyroïdite de Hashimoto. C’est pourquoi vous devez vous soumettre à des tests de dépistage de la thyroïdite de Hashimoto de temps en temps (votre médecin déterminera la fréquence exacte de ces tests). De cette façon, vous aurez les meilleures chances de détecter la maladie à un stade précoce. Pour en savoir plus sur les examens et les tests dont vous pourriez avoir besoin, lisez notre article sur le diagnostic de la thyroïdite de Hashimoto.
La thyroïdite de Hashimoto est une maladie auto-immune. Un dysfonctionnement de votre système immunitaire est à l’origine de ce type d’affection. Les médecins ne sont pas sûrs des causes de ces maladies auto-immunes.
Le principal facteur de risque de développer une thyroïdite de Hashimoto est la présence d’une maladie auto-immune préexistante, comme le diabète de type 1.
Les femmes sont sept fois plus susceptibles d’avoir une thyroïdite de Hashimoto que les hommes1 .
L’hypothyroïdie et les goitres sont des symptômes courants associés à la thyroïdite de Hashimoto.
Si vous êtes atteint de la thyroïdite de Hashimoto, vous avez un risque plus élevé de développer d’autres troubles auto-immuns et, dans une moindre mesure, une forme spécifique de cancer de la thyroïde.
Vous ne pouvez pas prévenir la thyroïdite de Hashimoto. Vous pouvez toutefois prévenir la progression de la maladie en reconnaissant rapidement les symptômes de la thyroïdite de Hashimoto.
L’hormonothérapie thyroïdienne de substitution est le seul traitement disponible pour la thyroïdite de Hashimoto. Heureusement, il est très efficace pour gérer cette maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page