L’anorexie mentale : Voir les causes, les symptômes et les traitements

Également connu sous le nom d’anorexie et d’aversion alimentaire.

L’anorexie mentale, souvent appelée simplement anorexie, est un trouble du comportement alimentaire psychologique et potentiellement mortel. Il se caractérise par l’auto-affaiblissement, la perte de poids, la perception déformée du poids et la peur irréaliste ou exagérée de l’image corporelle. En termes simples, il s’agit d’un état où les personnes sont obsédées par leur poids et leur régime alimentaire.

Les personnes anorexiques commencent souvent par suivre un régime pour gérer leur poids. Mais avec le temps, les restrictions de leur apport calorique et de leur régime deviennent une obsession psychologique, les conduisant jusqu’à la famine et à une perte de poids extrême. Les causes exactes de l’anorexie mentale ne sont pas comprises. Cependant, on pense que plusieurs facteurs contribuent à l’anorexie. Il s’agit notamment du stress environnemental, de la contrainte extérieure, des complications prénatales et périnatales, des facteurs physiologiques, des modifications neurochimiques, des modifications hormonales et des facteurs génétiques ou héréditaires.

L’anorexie mentale, si elle n’est pas traitée, peut entraîner des problèmes de santé dangereux tels que la fatigue, l’hypotension artérielle, le déséquilibre hydro-électrolytique, et peut même avoir des conséquences fatales, entre autres. L’intervention médicale et la consultation psychologique sont donc cruciales pour un diagnostic précoce et un traitement efficace de cette affection.

Symptômes de l’anorexie mentale

Les symptômes de l’anorexie mentale diffèrent d’une personne à l’autre. Les symptômes les plus importants et les plus visibles sont une perte de poids excessive et des changements physiologiques.

Voici quelques-uns des signes et symptômes courants de l’anorexie mentale :


1. Les symptômes physiques

La restriction de l’apport calorique nécessaire au fil du temps peut avoir un effet dévastateur sur votre esprit et votre corps. Si les effets néfastes de la famine ne sont pas traités et passent inaperçus au fil du temps, ils peuvent entraîner une perte permanente du fonctionnement des organes vitaux.

Voici quelques-uns des signes et symptômes physiques les plus courants de l’anorexie :

  • Fatigue extrême
  • Peau sèche
  • Insomnie ou trouble du sommeil
  • Éclaircissement des cheveux
  • Faible pression sanguine
  • Décoloration de la peau ou pâleur de la peau
  • Perte sévère de muscles et de poids
  • Ostéoporose ou perte de densité osseuse
  • Décoloration et fragilité des ongles
  • Constipation
  • Émaciation ou maigreur extrême
  • Lanugo ou croissance de poils doux sur tout le corps
  • Battements de cœur irréguliers
  • Infertilité

2. Symptômes émotionnels et comportementaux

Une faim constante peut déclencher des émotions désagréables comme la colère et la dépression. Voici quelques-uns des signes avant-coureurs des symptômes de l’anorexie émotionnelle et comportementale :

  • Faible estime de soi
  • Irritabilité
  • Aversion pour la nourriture
  • Anxiété
  • Dépression
  • Difficulté à se concentrer
  • Pensées suicidaires
  • Le manque d’intérêt ou la stagnation émotionnelle
  • Sautes d’humeur
  • Pensées obsessionnelles et anxiété sociale
  • Faire beaucoup d’exercice
  • Évitement des rencontres sociales
  • Le déni de la faim
  • Retrait des activités régulières
  • Sentiment de stress

3. Symptômes cognitifs

Peu de gens savent que l’anorexie mentale peut également entraîner des symptômes cognitifs tels que.. :

  • L’obsession de compter les calories et de surveiller la teneur en graisses des aliments.
  • Préoccupation pour la nourriture, les recettes ou la cuisine ; peut préparer des dîners élaborés pour les autres, mais ne pas manger la nourriture elle-même ou en consommer une très petite portion.
  • Admiration des personnes plus minces.
  • Pensées d’être gros ou pas assez mince.
  • Une représentation mentale altérée de son corps.
  • Difficulté de la pensée abstraite et de la résolution de problèmes.
  • Une pensée rigide et inflexible.
  • Mauvaise estime de soi.
  • Hypercriticisme et perfectionnisme clinique.

4. Symptômes perceptuels

Cette affection peut également affecter la perception que vous avez de votre corps et peut entraîner une autocritique à l’égard de votre poids et de votre corps. Elle provoque :

  • Perception de soi comme étant en surpoids, en contradiction avec la réalité d’un poids insuffisant (c’est le « trouble de l’image corporelle »).
  • Intolérance au froid et plaintes fréquentes d’avoir froid ; la température corporelle peut baisser (hypothermie) dans un effort pour conserver l’énergie en raison de la malnutrition.
  • Schéma corporel altéré (c’est-à-dire une représentation implicite du corps évoquée par l’action)

Causes de l’anorexie mentale

Les raisons spécifiques qui causent l’anorexie mentale ne sont pas encore claires. Mais on pense qu’elle est causée par des facteurs biologiques, environnementaux et psychologiques multifactoriels. Certains des facteurs qui augmentent le risque de développer l’anorexie mentale sont les suivants :

1. Les facteurs psychologiques

On croit souvent que l’anorexie mentale, une phobie envahissante d’avoir un poids normal, est associée à des traits de personnalité et de comportement. Dans la plupart des cas, les personnes anorexiques ont tendance à rechercher la perfection dans leur apparence et leur image corporelle. Cela peut les amener à restreindre leur alimentation jusqu’à s’affamer pour atteindre des objectifs irréalistes.

Voici d’autres facteurs psychologiques qui peuvent contribuer au développement de l’anorexie :

  • Peur et incertitude excessives
  • Antécédents médicaux de dépression et d’anxiété
  • Expérience douloureuse ou traumatisante dans l’enfance
  • Capacité réduite à réguler et à adapter le comportement en fonction des différentes situations.
  • Le sentiment d’inadéquation et de solitude
  • Les événements stressants de la vie tels que les accidents, la perte d’un être cher.

2. Les facteurs environnementaux

La culture actuelle met l’accent sur la minceur irréaliste en tant que norme de beauté. Cette pression extérieure et la concurrence pour atteindre des objectifs corporels malsains peuvent accroître l’obsession de restreindre l’apport alimentaire vital.


3. Effets des médias sociaux

La pression exercée par les médias sociaux et les environnements à haut risque social tels que le sport, le mannequinat et le théâtre peuvent contribuer au développement de l’anorexie mentale. L’exposition persistante aux médias qui présentent des idéaux corporels peut constituer un facteur de risque d’insatisfaction corporelle et d’anorexie mentale. L’idéal culturel concernant la forme du corps des hommes par rapport à celle des femmes continue de favoriser les femmes minces et les hommes athlétiques, musclés et en forme de « V ». Une étude réalisée en 2002 a révélé que, parmi les magazines les plus populaires auprès des personnes âgées de 18 à 24 ans, ceux lus par les hommes, contrairement à ceux lus par les femmes, étaient plus susceptibles de présenter des publicités et des articles sur la forme que sur les régimes. L’insatisfaction corporelle et l’intériorisation des idéaux corporels sont des facteurs de risque d’anorexie mentale qui menacent la santé des populations masculine et féminine.

Les sites web qui soulignent l’importance de l’atteinte des idéaux corporels font l’apologie et la promotion de l’anorexie mentale par le biais de métaphores religieuses, de descriptions de styles de vie, de « thinspiration » ou de « fitspiration » (galeries de photos et citations inspirantes qui visent à motiver l’atteinte des idéaux corporels). Les sites web pro-anorexie renforcent l’intériorisation des idéaux corporels et l’importance de les atteindre.

Les médias donnent une fausse image de ce à quoi les gens ressemblent vraiment. Dans les magazines, les films et même sur les panneaux d’affichage, la plupart des acteurs/modèles sont modifiés numériquement de multiples façons. Les gens s’efforcent alors de ressembler à ces modèles « parfaits » alors qu’en réalité ils sont loin d’être parfaits eux-mêmes.

4. Les facteurs biologiques

La corrélation entre les facteurs biologiques et l’anorexie n’est pas clairement comprise. Cependant, des antécédents familiaux d’anorexie, l’abus de drogues et une maladie coexistante augmentent le risque de développer une anorexie. Des anomalies dans la structure ou le fonctionnement de l’hypothalamus, une partie du cerveau, peuvent modifier les comportements alimentaires.


5. Les facteurs génétiques

Prédisposition génétique ou héréditaire, bien que le mécanisme d’extraction des gènes responsables associés à l’anorexie ne soit pas bien compris, des recherches sont menées pour mieux comprendre le rôle des gènes dans l’anorexie. L’anorexie mentale est hautement héréditaire. Des études de jumeaux ont montré un taux d’héritabilité compris entre 28 et 58 %. Les parents au premier degré des personnes atteintes d’anorexie ont environ 12 fois plus de risques de développer l’anorexie.

Une étude réalisée en 2019 a mis en évidence une relation génétique avec les troubles mentaux, tels que la schizophrénie, le trouble obsessionnel-compulsif, le trouble anxieux et la dépression ; et le fonctionnement métabolique avec une corrélation négative avec la masse grasse, le diabète de type 2 et la leptine.

Un gène qui a été lié à l’anorexie pourrait présenter un intérêt particulier. Ce gène code pour une protéine appelée récepteur alpha des œstrogènes (ERRalpha). Comme les œstrogènes ont des effets puissants sur l’appétit et l’alimentation, toute anomalie génétique dans la voie de signalisation des œstrogènes pourrait contribuer aux symptômes de l’anorexie et expliquer pourquoi l’anorexie apparaît généralement chez les jeunes femmes juste après le début de la puberté.

Prévention de l’anorexie mentale


Bien qu’il n’existe pas de méthodes spécifiques éprouvées pour prévenir l’anorexie, certaines des mesures et astuces suivantes peuvent vous aider à prévenir et à gérer les symptômes causés par l’anorexie mentale. Il s’agit notamment de :


1. Détection précoce de l’anorexie

L’étiologie de l’anorexie est multifactorielle et elle présente des symptômes similaires à ceux d’autres troubles psychologiques apparentés. Cela rend difficile l’identification de la cause profonde de la maladie anorexique. Toutefois, si les symptômes sont reconnus à temps, des interventions peuvent réduire le risque de complication et de décès.

2. Adopter des habitudes alimentaires saines

La malnutrition qui accompagne l’anorexie peut avoir des effets gravement dommageables pour l’organisme. L’un des conseils simples pour surmonter le risque de développer des dommages aux organes internes est de consommer des aliments riches en nutriments par petits repas fréquents. En effet, il est souvent facile de manger une grande quantité de nourriture aux premiers stades de l’anorexie. Vous pouvez consulter un diététicien ou un nutritionniste pour obtenir un plan de régime optimal répondant aux besoins nutritionnels de votre corps.


3. Ne consommez pas d’alcool

La drunkorexie est un terme qui désigne le comportement consistant à remplacer la consommation d’aliments par une consommation excessive d’alcool. Uneétude publiée sur Alcohol Health and Research World a signalé l’association de l’alcool et des effets sur le déclenchement de l’anorexie mentale. Selon diverses autres études connexes, la combinaison de l’alcool et de l’anorexie peut entraîner des complications graves, voire potentiellement mortelles, pour la santé. Par conséquent, éviter l’alcool peut réduire le risque de développer des blessures liées à l’alcool.


4. Cessez de vous juger

Les personnes anorexiques cherchent souvent à atteindre la perfection dans tout ce qu’elles font. Bien que le perfectionnisme soit souvent considéré comme un trait positif, dans la plupart des cas, il peut être à l’origine d’une pression indésirable, de stress et d’autres problèmes de santé mentale. En travaillant sur l’acceptation de l’état actuel de votre corps, de votre poids et de votre apparence physique, vous pouvez prévenir efficacement le développement de votre perception négative de vous-même.


5. N’encouragez pas le mépris du corps

Lorsque vous permettez à quelqu’un de faire des critiques acerbes sur votre corps, cela peut nuire à votre estime de soi. Le body shaming est devenu un problème répandu sur les plateformes de médias sociaux. Comme toute autre forme de harcèlement, le body shaming peut affecter gravement la santé mentale d’une personne. Le body shaming est inévitable dans le monde numérique, alors essayez de ne pas laisser les commentaires négatifs vous affecter et pratiquez les affirmations d’amour de soi.


6. Être conscient de l’anorexie et d’autres troubles alimentaires connexes.

L’anorexie mentale a le taux de mortalité le plus élevé de toutes les autres maladies mentales. En prenant conscience des facteurs de risque et des déclencheurs possibles associés à l’anorexie, vous pourrez éliminer l’insatisfaction indésirable liée à l’image que vous avez de vous-même.


7. Demandez l’aide d’un professionnel pour mieux comprendre votre état

Si vous présentez des signes d’anorexie ou si vous pensez être anorexique, prenez rendez-vous avec un médecin pour mieux comprendre votre état. La détection précoce de la cause sous-jacente de l’anorexie permet une action et un rétablissement plus rapides.

Savez-vous quels sont les aliments à consommer et ceux à éviter en cas d’anorexie ? Connaissez-vous les remèdes maison courants pour l’anorexie ? Avez-vous une idée des changements de mode de vie qui peuvent être apportés pour améliorer les troubles alimentaires ?

Traitement de l’anorexie mentale


Le traitement de l’anorexie vise à rétablir le poids normal du corps et le bien-être psychologique et mental. Il existe plusieurs thérapies pour traiter l’anorexie mentale. Cependant, le choix du traitement est déterminé en fonction de l’âge de la personne, des complications et des facteurs de santé. Dans la plupart des cas, une combinaison de thérapies est recommandée pour traiter les problèmes émotionnels tels que la faible estime de soi, l’anxiété et d’autres problèmes de santé mentale connexes.

Voici quelques-unes des stratégies courantes pour traiter l’anorexie mentale :


1. Psychothérapie

La psychothérapie peut aider les personnes anorexiques à faire face à leurs problèmes de santé mentale liés à l’anorexie. Elle aide le patient à mieux comprendre le problème et à y faire face. Les différentes formes de psychothérapie utilisées pour traiter l’anorexie sont les suivantes :

  • Thérapie familiale (FBT) : également appelée méthode Maudsley, elle fait participer les parents/familles au processus de rétablissement du poids santé de leur enfant à la maison. La famille dans son ensemble est encouragée à s’engager davantage avec le patient pour assurer un régime alimentaire approprié afin de retrouver un poids sain.
  • Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : cette thérapie vise à améliorer la santé mentale, et l’accent est mis principalement sur la prise en compte des opinions déformées sur votre image corporelle.
  • Thérapie comportementale dialectique (TCD) : cette thérapie vise à reconnaître les éléments déclencheurs et les méthodes de gestion des facteurs à l’origine de l’anorexie mentale. La TCD aide également les patients à gérer l’équilibre de leur santé mentale.
  • Lathérapie d’acceptation et d’engagement : cette thérapie vise à développer l’auto-motivation plutôt qu’à changer vos pensées et vos sentiments.
  • Thérapie interpersonnelle (IPT) :cette thérapie aide les patients à reconnaître et à résoudre les problèmes dans leurs relations. On a constaté que l’amélioration des relations et de la santé mentale réduit les symptômes des troubles alimentaires.
  • Conseil en nutrition :Un conseil avec un nutritionniste peut vous aider à comprendre l’importance du régime alimentaire et à rétablir des habitudes alimentaires normales.

2. Médicaments

Il n’existe pas de médicaments spécifiques approuvés pour traiter l’anorexie, car aucun ne s’est avéré très efficace. Cependant, les antidépresseurs ou d’autres médicaments psychiatriques peuvent aider à traiter d’autres troubles mentaux associés à l’anorexie. Parmi les antidépresseurs couramment prescrits par un psychiatre pour traiter l’anorexie, citons :

  • Cyproheptadine : La cyproheptadine est un médicament antihistaminique qui bloque les messagers chimiques responsables des démangeaisons, de la congestion, de l’inflammation et d’autres réactions allergiques. Elle stimule également l’appétit en raison de la stimulation constante de la sécrétion de l’hormone de croissance et de l’augmentation de l’apport énergétique.
  • Marinol : le Marinol est un cannabinoïde. L’utilisation régulière de ce médicament peut améliorer votre appétit et votre qualité de vie globale.
  • Mégestrol : Le mégestrol est une version manufacturée de l’hormone humaine progestérone. L’utilisation du mégestrol peut augmenter l’appétit.
  • Olanzapine :l’olanzapine est un antipsychotique atypique. Elle agit en affectant les niveaux de messagers chimiques (dopamine et sérotonine) pour améliorer l’humeur, les pensées et le comportement.

3. Régime alimentaire

Le régime alimentaire est le facteur le plus essentiel à travailler chez les personnes souffrant d’anorexie mentale, et doit être adapté aux besoins de chaque personne. La variété des aliments est importante lors de l’établissement des plans de repas, de même que les aliments à haute densité énergétique. Les personnes doivent consommer suffisamment de calories, en commençant lentement et en augmentant à un rythme mesuré. Les preuves du rôle de la supplémentation en zinc pendant la réalimentation ne sont pas claires.


Quelle est la différence entre l’anorexie mentale et la boulimie ?

L’anorexie et la boulimie sont toutes deux des troubles psychologiques du comportement alimentaire. Les personnes souffrant d’anorexie et de boulimie partagent souvent des symptômes similaires, comme une image corporelle déformée. Toutefois, la principale différence entre les deux est que l’anorexie se caractérise par l’auto-affaiblissement. En revanche, la boulimie implique un comportement de frénésie alimentaire suivi d’une purge pour compenser les calories supplémentaires d’une manière malsaine afin d’éviter une prise de poids.

Qu’est-ce qui déclenche l’anorexie ?

Les personnes anorexiques ont souvent du mal à faire face à leurs déclencheurs. Identifier leurs déclencheurs peut les aider à mieux gérer leur état. Parmi les déclencheurs les plus courants de l’anorexie figurent l’ennui ou la solitude, le fait de monter sur un pèse-personne, la conversion au fitness, au régime et à la nutrition, les photos de modèles de fitness et la pression des médias sociaux.

Qui est plus enclin à l’anorexie ?

L’anorexie peut toucher aussi bien les hommes que les femmes, mais elle est plus fréquente chez ces dernières. En moyenne, les jeunes adultes en début de puberté sont les plus sensibles aux pressions extérieures et présentent un risque accru de développer une anorexie.

L’anorexie peut-elle disparaître sans traitement ?

L’anorexie est un trouble psychologique complexe. De nombreux facteurs peuvent contribuer à provoquer l’anorexie. Dans la plupart des cas, l’anorexie a tendance à disparaître d’elle-même. Elle peut aussi causer des dommages permanents à l’organisme. Par conséquent, il est toujours conseillé d’obtenir l’aide de professionnels de la santé mentale.

L’anorexie rétrécit-elle votre cerveau ?

La famine peut avoir un effet néfaste sur le cerveau. Selon une étude publiée dans l’International Journal of Eating Disorders, une restriction excessive de l’apport calorique pourrait entraîner un rétrécissement de la matière grise dans le cerveau. Heureusement, la plupart des effets néfastes de l’anorexie sont réversibles grâce à un traitement.

Pourquoi les femmes sont-elles plus sujettes à l’anorexie que les hommes ?

Bien que les recherches sur ce sujet soient limitées, des études montrent que l’activité cérébrale accrue chez les femmes les rend plus susceptibles de développer une perspective négative de leur apparence physique que les hommes.

Combien de troubles alimentaires existe-t-il ?

En fonction de leurs causes, de leur durée et de leurs caractéristiques uniques, les troubles alimentaires sont classés en 12 types. Parmi ceux-ci, on trouve l’anorexie mentale, la boulimie, la dysmorphie musculaire et l’hyperphagie boulimique.

Quels sont les différents types d’anorexie mentale ?

Basée sur la présence de comportements d’hyperphagie et de purge. La maladie de l’anorexie est subdivisée en deux classes, à savoir le type restrictif, dans lequel les personnes anorexiques ont tendance à imposer des restrictions sévères sur la qualité de la nourriture qu’elles consomment, et le type boulimie/ purge, dans lequel les personnes anorexiques compensent l’apport alimentaire supplémentaire en se faisant vomir, en prenant des diurétiques ou des lavements, ou en faisant de l’exercice excessif.

Références

  1. L’équilibre entre le contrôle des actions dirigées vers un but et le contrôle des actions habituelles dans les troubles de la compulsivité. ScienceDirect.
  2. Becker, CB, Middlemass, K, Taylor, B, Johnson, C, Gomez, F.Food insecurity and eating disorder pathology. Int J Eat Disord. 2017 ; 50 : 1031- 1040.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page