Comment la qualité de l’air affecte-t-elle la santé ?

Les principaux points à retenir : 

  • La pollution atmosphérique est un facteur de risque connu pour les maladies cardiaques et pulmonaires, entre autres, et elle augmente le nombre de décès, toutes causes confondues, chez les adultes et les enfants. 
  • L’exposition à la pollution atmosphérique, tant à court qu’à long terme, peut augmenter les risques de crise cardiaque et de décès. 
  • Selon l’American Lung Association, plus de 40 % des Américains vivent avec des niveaux de pollution atmosphérique malsains.

Cette semaine est la semaine de sensibilisation à la qualité de l’air. Il est important pour tout le monde, quels que soient son âge et son état de santé, de respirer un air sain. La mauvaise nouvelle, c’est que la pollution atmosphérique constitue une menace majeure pour la santé publique. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que la pollution de l’air extérieur provoque chaque année 4,2 millions de décès prématurés. 

La bonne nouvelle est que la pollution atmosphérique est une menace réversible pour la santé publique. Mais nous devons tous jouer notre rôle pour l’inverser.

Malheureusement, comme de nombreuses autres menaces pour la santé, elle touche de manière disproportionnée les communautés de couleur et les personnes à faible revenu qui vivent et travaillent dans des zones densément peuplées et fortement urbanisées, où l’accès aux espaces verts et ouverts est limité. 

Lisez la suite pour en savoir plus sur la façon dont la qualité de l’air nous affecte tous, aujourd’hui et pour les générations futures, et sur ce que nous pouvons faire pour y remédier. 

Qu’est-ce que la qualité de l’air et comment la mesure-t-on ?

La qualité de l’air est une évaluation du degré de salubrité de l’air que vous respirez. Elle est mesurée à l’aide de l’IQA, ou indice de qualité de l’air. La qualité de l’air est basée sur les niveaux de nombreuses substances dangereuses dans notre air. L’OMS fixe des lignes directrices sur les niveaux à atteindre pour la santé humaine. Heureusement, l’Agence de protection de l’environnement (EPA) fait le gros du travail pour nous en combinant les recommandations scientifiques complexes en une échelle facile à comprendre, avec un code couleur, qui nous aide à savoir si notre air est sain.

Les personnes qui vivent dans des zones exposées aux feux de poussière ou au smog connaissent peut-être les valeurs de l’IQA et savent comment elles influent sur ce que vous pouvez faire et ce que vous ressentez. Mais pour beaucoup d’autres personnes, l’IQA est peut-être quelque chose dont vous n’avez jamais entendu parler auparavant. Nous allons vous expliquer. 

Que signifient les valeurs de l’IQA ?

L’IQA est un chiffre compris entre 0 et 500, où 0 correspond à la meilleure qualité d’air possible et 500 à la pire qualité d’air que l’on puisse imaginer. L’IQA prend en compte les niveaux de cinq polluants atmosphériques courants, réglementés par la loi sur la qualité de l’air :

  • Ozone troposphérique
  • Matières particulaires (PM) 
  • Monoxyde de carbone
  • Dioxyde de soufre
  • Dioxyde d’azote

Il existe six catégories d’IQA : 

  1. Vert : 0 à 50 – bon, avec peu ou pas de risque pour la santé
  2. Jaune : 51 à 100 – acceptable 
  3. Orange : 101 à 150 – malsain pour les groupes sensibles tels que les personnes âgées, les enfants et les personnes de tout âge souffrant de maladies cardiaques ou pulmonaires. 
  4. Rouge : 151 à 200 – malsain pour tout le monde
  5. Pourpre : 201 à 300 – très malsain
  6. Marron : 301+ – dangereux 

Quelles sont les causes de la pollution de l’air ?

La pollution atmosphérique est due à la présence de particules et de gaz nocifs dans l’air. Ces substances peuvent être d’origine humaine ou naturelle. Voici quelques exemples de sources de pollution de l’air :

  • Émissions des véhicules
  • Usines
  • Centrales électriques
  • Chauffage central 
  • Poêles à bois
  • Pollen
  • Feux de forêt
  • Volcans

Parfois, les particules et les gaz proviennent directement de ces sources. C’est le cas des particules (PM) provenant des incendies de forêt, par exemple. 

D’autres fois, les polluants sont le résultat de réactions chimiques qui se produisent dans l’air. L’ozone troposphérique, principal composant du smog, en est un exemple. 

Ozone troposphérique

Vous avez peut-être déjà entendu parler de l’ozone. L’ozone peut être bon ou mauvais pour notre santé, selon l’endroit où il se trouve dans l’atmosphère. En haut de l’atmosphère, la couche d’ozone qui entoure notre planète contribue à nous protéger des effets nocifs du soleil. Au niveau du sol, cependant, l’ozone est une menace pour la santé. Il peut irriter les : 

  • Yeux
  • Nez
  • Gorge
  • Poumons

Il endommage également la vie végétale, réduisant la capacité des arbres et des plantes à éliminer le dioxyde de carbone de notre environnement. 

L’ozone est également le principal composant du smog. Le smog – cette couche de pollution jaune-brunâtre qui recouvre comme une couverture les zones urbaines densément peuplées – est le résultat de la réaction chimique de polluants, tels que les gaz d’échappement des véhicules, lorsqu’ils sont exposés à la lumière du soleil. 

Matières particulaires

Outre l’ozone, les matières particulaires, ou MP, sont l’autre principal composant du smog. Les matières particulaires sont des particules qui peuvent être solides ou liquides, et qui sont suspendues dans l’air que nous respirons. Ces particules sont des produits chimiques tels que : 

  • Sulfates
  • Nitrates
  • Carbone
  • Poussière minérale

Ils proviennent de la combustion de combustibles fossiles pour alimenter les voitures, les usines et les habitations, ainsi que de sources naturelles comme les feux de forêt et les éruptions volcaniques.

Vous pouvez voir certaines PM avec vos yeux, comme les cendres et la suie. Mais les particules les plus dangereuses sont si petites que vous ne pouvez pas les voir. Les PM sont classées en fonction de la taille des particules : 

  • Les plus grosses particules sont celles de la taille PM10 (diamètre de 10 micromètres et moins). Elles se retrouvent dans les filtres naturels du nez et de la gorge lorsque nous les respirons. 
  • Les particules plus petites peuvent pénétrer directement dans les poumons et même dans la circulation sanguine, où elles causent des dommages. Ces plus petites particules, les PM2.5 (diamètre de 2,5 micromètres et moins), sont les plus dangereuses pour la santé humaine. Ces particules sont 30 fois plus fines qu’un cheveu humain ! 

Autres causes de la pollution atmosphérique

Les autres causes de la pollution de l’air sont les gaz nocifs pour la santé tels que : 

  • Oxydes d’azote
  • Monoxyde de carbone
  • Dioxyde de carbone
  • Oxydes de soufre
  • Composés organiques volatils (COV)
  • Le plomb dans l’air
  • Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) 

Quels sont les facteurs qui influent sur la qualité de l’air ?

La qualité de l’air est affectée par ce que les humains – ou, dans certains cas, les événements naturels – font pour créer de la pollution atmosphérique, et par la façon dont l’environnement y réagit. Par exemple, le trafic routier, les incendies de forêt et les éruptions volcaniques ont tous un impact significatif sur la qualité de l’air. 

Ensuite, les facteurs environnementaux déterminent dans quelle mesure la qualité de l’air sera affectée. Les niveaux de pollution de l’air peuvent être aggravés par : 

  • Vitesse du vent lente, ou vitesse du vent rapide dans la mauvaise direction.
  • Températures plus élevées
  • Forte lumière solaire
  • Des niveaux d’humidité plus élevés

Comment la qualité de l’air influe sur la santé

Selon l’OMS, la pollution de l’air extérieur a été responsable de 4,2 millions de décès dans le monde en 2016. Et, comme pour de nombreux facteurs de risque environnementaux qui affectent de manière disproportionnée les communautés de couleur, la pollution de l’air n’est pas différente. Aux États-Unis, les personnes de couleur sont plus de 3 fois plus susceptibles de respirer un air pollué que les personnes blanches.

Effets à long terme de la pollution atmosphérique

Respirer de l’air pollué augmente le risque de maladies cardiovasculaires (crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux) et de maladies respiratoires – y compris des résultats plus défavorables du COVID-19. En outre, de nombreuses études ont également montré un lien entre des niveaux élevés de particules fines et un risque accru de décès par maladie cardiaque ou pulmonaire. 

Ce lien est si bien établi que l’American Heart Association, la Société européenne de cardiologie et l’American Lung Association ont toutes publié des déclarations officielles sur le lien entre la pollution atmosphérique et la santé cardiaque et pulmonaire et sur la nécessité d’agir de toute urgence. 

On ne sait pas encore exactement comment la pollution atmosphérique influe sur ce risque de maladie cardiaque et pulmonaire et de décès. Les experts ont cependant quelques théories. Lorsque ces produits chimiques dangereux sont absorbés par notre système sanguin, ils peuvent augmenter la pression artérielle, accroître le risque de caillots sanguins et provoquer l’athérosclérose (dépôts de graisse dans les artères). Tous ces facteurs sont des causes de maladies cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux. L’ozone, lorsqu’il est respiré dans les poumons, provoque une inflammation semblable à un coup de soleil. Et la pollution par les particules déclenche des crises d’asthme et augmente le risque de cancer du poumon.

Voici ce que vous devez savoir en plus :

  • Le lien entre la pollution atmosphérique et la mort présente une « dose-réponse ». Une étude portant sur six villes américaines a montré que plus le niveau de PM2,5 dans l’air était élevé, plus le taux de mortalité était important.
  • Mais, dans l’étude de suivi, le risque de décès dans cette population s’est amélioré lorsque la qualité de l’air s’est améliorée. 
  • Lorsque les enfants sont exposés à la pollution atmosphérique – avant la naissance et pendant la petite enfance – leur cerveau et le développement de leurs poumons sont affectés, et ils sont plus susceptibles de souffrir de problèmes respiratoires comme l’asthme plus tard dans leur vie. 
  • Il n’y a pas que les enfants malades dont il faut s’inquiéter. Selon l’UNICEF, la pollution atmosphérique est l’une des principales causes de décès de 600 000 enfants de moins de 5 ans chaque année. 
  • Des études ont également suggéré un lien entre la pollution atmosphérique et la maladie d’Alzheimer, des problèmes de fertilité féminine et un risque plus élevé de fausse couche et d’autres complications de la grossesse – et même des troubles du spectre autistique. 

La pollution atmosphérique a également des effets à court terme sur la santé 

Il n’est pas nécessaire d’avoir vécu toute sa vie à Los Angeles (qui a été désignée comme la ville la plus polluée par l’ozone aux États-Unis pendant 21 ans sur 22) pour être exposé à des risques de complications sanitaires liées à la pollution atmosphérique. Même une exposition de courte durée à des niveaux élevés de pollution atmosphérique (en particulier la pollution particulaire et l’ozone) entraîne une augmentation des décès et des crises cardiaques. 

Qui est le plus touché par la pollution atmosphérique ? 

La pollution atmosphérique est mauvaise pour tout le monde. Mais pour certaines personnes, même de faibles niveaux de pollution atmosphérique sont nocifs.

Ces groupes de personnes peuvent se sentir particulièrement sensibles à la pollution atmosphérique et doivent faire preuve d’une prudence accrue, même à des niveaux d’IQA modérés : 

  • Toute personne souffrant d’asthme, de BPCO ou d’autres maladies pulmonaires.
  • Toute personne souffrant d’une maladie cardiaque ou présentant des facteurs de risque de maladie cardiaque.
  • Toute personne qui fait de l’exercice ou des efforts à l’extérieur, y compris pour le travail.
  • Les bébés et les enfants, parce qu’ils sont encore en développement, respirent plus vite et absorbent plus d’air que les adultes.

Quelles mesures puis-je prendre pour réduire mon exposition à la pollution atmosphérique ?

Si vous êtes sensible à la pollution atmosphérique ou si vous faites partie d’un groupe à haut risque, la meilleure façon de réduire votre exposition à la pollution atmosphérique est de surveiller l’IQA dans votre région.

Si les niveaux de pollution atmosphérique sont faibles, il n’est pas nécessaire de limiter vos activités en dehors de la maison. Cela dit, vous devez veiller à limiter le temps que vous passez dans des zones où la pollution atmosphérique est élevée, comme à proximité de routes et de carrefours très fréquentés. 

Les jours de mauvaise qualité de l’air, le mieux que vous puissiez faire pour préserver votre santé est de rester à l’intérieur autant que possible, de vous éloigner des zones à forte circulation et à forte pollution (si possible), d’éviter toute activité intense à l’extérieur (si possible) et de suivre de près les recommandations de santé publique locales et les prévisions météorologiques. 

Voici quelques conseils et astuces pour réduire votre exposition à la pollution atmosphérique : 

  • Planifiez votre trajet de manière à ne pas vous trouver en dehors des heures de pointe.
  • Si vous vous déplacez à pied ou à vélo, évitez autant que possible les routes principales et choisissez plutôt un itinéraire traversant des quartiers plus calmes et, idéalement, des espaces verts ouverts.
  • Même si vous conduisez, éviter les routes à forte circulation vous aidera à réduire votre exposition aux gaz d’échappement.
  • Évitez les feux de bois dans votre maison.
  • Envisagez l’installation d’un purificateur d’air HEPA (High-Efficiency Particulate Arrestance) dans votre maison et votre bureau.

Même dans les endroits où la qualité de l’air est bonne, les gens peuvent bénéficier d’avantages pour la santé grâce à l’amélioration de la qualité de l’air. Découvrez ce que vous pouvez faire pour prendre position en faveur de la justice environnementale et améliorer notre exposition collective à la pollution atmosphérique. 

L’essentiel

Une mauvaise qualité de l’air peut vous exposer à une série de problèmes de santé et de maladies, comme les maladies cardiaques et pulmonaires, ainsi que l’asthme. Cela est vrai pour les personnes exposées à la pollution atmosphérique à long et à court terme. Malheureusement, les personnes de couleur et celles vivant dans des zones à faibles revenus sont plus exposées à la pollution atmosphérique. Et les personnes plus sensibles à la pollution atmosphérique, comme les personnes souffrant de maladies préexistantes et les personnes âgées, sont plus à risque. Toutefois, il s’agit d’un problème qui peut être inversé. Vérifiez votre IQA avant de sortir pour travailler ou faire de l’exercice. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page